Home

Première Entrelignes de l’année: Eric Pillot, lauréat 2012 du prix HSBC de la photographie.
Vous trouverez l’article lié à cet échange ici.

Les Cerises au Chocolat : Je pense avoir mille questions sur les photos de votre travail, In Situ, exposé jusqu’au 27 Octobre à la Maison de la Photographie de Toulon. Puisqu’il faut en choisir une pour démarrer notre échange, pourriez-vous me raconter comment vous est venue l’idée de cette série, est-ce l’éthique (si on peut dire) ou l’angle photographique qui vous a le plus sensibilisé?

Eric Pillot : Cela me plait et m’intéresse beaucoup de parler de nature dans mes images, mais c’est aussi une « vision » qui m’a amené à photographier des animaux. En l’occurrence celle d’ours polaires nageant dans un bassin vitré dans un zoo ; cette « vision » avait été quasi irréelle et onirique à l’époque et m’avait beaucoup marqué. La série, « D’Ours » qui en a résulté était mon 1er travail sur l’animal. Peu à peu, il m’a semblé intéressant d’un point de vue symbolique de photographier les animaux et leurs installations, d’abord en noir et blanc, puis en couleur avec « In Situ ». Mes images ne sont pas à prendre dans un sens littéral, et ne me semblent pas représentatives de la condition des animaux dans des zoos (je ne garde qu’une partie de l’enclos qui m’intéresse je photographie l’animal seul, alors qu’ils le sont rarement, etc….). L’animal dans mes images peut symboliser la nature, l’environnement sur laquelle l’homme étend son emprise d’une façon parfois brutale. L’animal constitue aussi pour moi une façon de parler de l’homme (je pense à La Fontaine, et G. Orwell dans « La Ferme des animaux ») : je présente une sorte de « jungle urbaine », ou les animaux sont seuls. Il y a une mélancolie certaine mais j’espère aussi parfois un certain humour. J’espère aussi que mes animaux en eux-mêmes sont « beaux », et suscitent l’empathie.

CC : J’avais regardé votre série « D’Ours » sur votre site, à dire vrai c’est un des animaux qui m’attendrit le plus, je me suis donc longuement attardée. Le travail d' »In Situ » n’a pas du tout le même impact. Vous dîtes que vous ne gardez que la partie de l’enclos qui vous intéresse… en regardant votre travail, à Toulon, je me suis justement dit que les gens qui habituellement prennent des photos d’animaux en captivité, ils tentent bien souvent, justement, d’éviter que la photo ne reflète cette captivité. Face à vos photos, les personnes vont jusqu’à s’identifier à l’animal, je l’ai entendu au vernissage, j’ai trouvé ça à la fois dommage pour l’animal, finalement bien pour l’animal, puis je ne savais plus, quelle est votre opinion? Vous êtes-vous identifié et/ou vous a-t-on déjà fait cette réflexion?

EP : Cela m’intéresse que des personnes s’identifient à mes animaux, ce qui est une façon de se projeter dans mes images.
Pour ma part, je ne m’identifie pas à l’animal, je ne m’assimile pas à lui, même si j’éprouve de l’empathie à son égard.
D’un certain point de vue, mes représentations d’animaux sont pour moi une figure de l’autre, forcément différent de nous-mêmes.

CC : je trouve que le format carré sert la thématique, une cage, une case… est-ce un parti-pris?

EP : Parti pris oui, peut-être le carré apparaît-il plus fermé. À l’origine, je ne le voyais pas dans ce sens :
je voulais quelque chose de direct : avec le carré, le regard est plus « centré » si je puis dire.
Et puis surtout, je voulais que mon regard sur l’animal traduise une forme de douceur.
Et le carré est une figure plus régulière que le rectangle, qui présente davantage de symétries.
Composer en carré avec les couleurs me permettait d’accéder à une forme plus harmonieuse.

CC : « Harmonie » caractérise bien ce travail In Situ il me semble. En effet, malgré les conditions d’habitat de l’animal, parfois grotesques, parfois rudes, il y a toujours dans une sorte d’unité grâce aux couleurs. Je trouve vos couleurs douces, presque « cotonneuses », est-ce un choix?

EP : Oui, l’étape du tirage est très importante pour moi : même si je garde les couleurs telles que je les ai perçues à la prise de vue, j’adoucis légèrement le rendu (pas trop : « doux », mais pas « mou », et « nuancé »).
J’essaie également d’avoir une unité dans l’ensemble de la série au niveau de la forme. Cela se fait à la prise de vue, mais aussi au tirage.
Le choix d’effectuer les tirages sur un papier mat (d’ailleurs un papier « coton »), que j’aime beaucoup pour ses nuances renforce un coté « dessin » que je voulais associer à mes images (je pense à l’imagerie des planches, gravures et illustrations d’animaux exotiques, avant que la photographie n’existe).

CC : Pouvez-vous me parler un peu de vos appareils de prédilection?

EP : J’essaie d’utiliser un matériel restreint :
pour In Situ : un excellent boitier, le canon eos 5d Mk II (qui fournit des images rectangulaires : j’anticipe le recadrage en carré lors de la prise de vue)
+ un 50 mm (le plus fréquent ) + un zoom 28-70 mm (si la distance n’est pas bonne)
+ un zoom 70-200 mm (si le sujet est trop loin, mais je ne l’utilise que très très rarement)
Pas de trépied, je travaille à main levée.

Avant In Situ, je ne faisais que de l’argentique avec le boitier manuel Nikon FM2 + 50 mmm

CC : Pouvez-vous me dire sur « quoi » vous travaillez actuellement et d’ailleurs, est-ce vraiment du travail pour vous ou le plaisir, le sentiment, passent-ils toujours avant la technique?

EP : Oui, le plaisir (quand j’ai l’impression de faire des images qui peuvent fonctionner, qui pourraient toucher des gens, qui pourraient ‘se communiquer’) passe avant tout le reste, c’est très important.
Je suis très précis (profondeur de champ, exposition) mais je pense très peu a la technique, qui m’apparaît assez ‘facile’ en photo pour les prises de vue.
Mais pour que l’image ait pour moi une chance d’être réussie il faut que le tirage me satisfasse pleinement. Et là, c’est une autre paire de manches, car c’est une étape subtile, et qui elle demande une technique solide et maîtrisée Je fais moi même des tirages (impressions) jusqu’au A3 environ (29,7 x 42 cm) ; pour les grands, ceux que vous avez vus, il faut être encore plus précis et pour cela je travaille dans une grande proximité avec d’excellents tireurs, l’Atelier Lumière a Paris, a l’écoute, sensibles et très expérimentés.
En direct, je suis justement en train de photographier: des herbes, des tiges, et parfois leur ombres sur des murs dans un parc a Paris, en noir et blanc, c’est assez abstrait. Encore la nature …. Ça parle de fragilité et aussi de sensualité je crois.
À part ça, je partirai bientôt dans d’autres zoos pour poursuivre In Situ. Je compte faire aussi des portraits de poissons, la tête, de profil (du poissonnier, très frais, on ne voit pas qu’ils ne sont plus vivants).

CC : Et bien, nous arrivons à la fin de cet Entre-lignes, et je voudrais savoir quelle est la question qu’on ne vous pose jamais… à laquelle vous aimeriez répondre.

EP : Une question difficile dans ce cas :
Si l’on imagine que ces animaux pensent, à quoi ?
Peut-être à la savane, la forêt ou la banquise qu’ils n’ont jamais connue.

Merci Eric pour ce premier Entre-lignes, je suis très heureuse d’avoir commencé cette série d’échanges avec vous.
Vous n’avez plus qu’une petite semaine pour découvrir les photos d’Eric Pillot et Leonora Hamill à la Maison de la Photographie de Toulon.
En revanche, si vous êtes plus à l’Ouest, vous êtes bien chanceux car l’exposition du prix HSBC 2012, itinérante, arrivera bientôt par chez vous:

– du 8 au 30 novembre 2012 à la galerie Arrêt sur Image à Bordeaux
– du 7 décembre au 6 janvier 2012 au Lieu Unique à Nantes

Photos de la Maison de la Photographie, par Eric Pillot.
*********************************************************************
Le site d’Eric Pillot: http://www.ericpillot.com/ où vous pourrez retrouver notamment la série D’Ours.
Vous pouvez aussi vous procurer le portfolio de l’exposition, publié chez Actes Sud, à la librairie Le Carré des Mots.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s